fbpx
Lire maintenant
Belek à ton contrat #2 : La levée d’option

Belek à ton contrat #2 : La levée d’option

Expert NewTone
https://www.instagram.com/p/CBbBXNtAhiZ/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

NewTone fait appel à l’expert Adrien Francius pour mettre en garde les jeunes artistes. 2ème conseil : sois au courant de la clause de levée d’option !

La clause de quoi ?

Par la clause de levée d’option, la maison de disque se réserve le droit de renouveler le contrat (l’artiste ayant accepté au préalable cette éventualité). Le label peut ainsi maîtriser le risque lié à la signature d’un artiste. Si le projet marche bien, il lève la clause pour faire un second projet. Mais si les choses tournent mal, le label ne veut pas se retrouver les mains liées pour plusieurs projets et peut refuser de lever la clause (on arrête les frais!). Après tout, quand un label signe un artiste, il souhaite rentabiliser au maximum son investissement, surtout que les retombées économiques peuvent arriver en différé le temps que l’artiste acquiert de la notoriété.

Percer plus pour gagner autant ?

Mais attention, en cas de levée d’option, c’est le même contrat qui perdure avec les mêmes conditions. Il est donc important de bien négocier le contrat dès la première fois (même si l’artiste n’est pas forcément en position de force), car il n’obtiendra pas plus (de royalties, de libertés…) en cas de levée d’option. Sinon l’artiste doit tenter d’insérer une clause prévoyant la renégociation du contrat en cas de levée d’option.

Durée du contrat

En outre, les contrats doivent obligatoirement prévoir une durée maximale et l’artiste ne devrait pas s’engager pour plus de 3 projets ou une période maximale de 3-4 ans.

Votre réaction ?!
👀
0
🙄
0
🙏
0
🚀
0
🛴
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

14 − six =

Téléporter en haut !