fbpx
Lire maintenant
Chineurs de Rap x NewTone : la sélection de septembre!

Chineurs de Rap x NewTone : la sélection de septembre!

Yecke chineurs de rap newtone

Avec les potos de Chineurs de Rap, on est corda que les chiffres mentent, pas la qualité. Alors chaque mois, on se donne rendez-vous ici pour une sélection faite par leur équipe de diggers ! Découvre ici les 5 sons chinés par Chineurs de Rap ces dernières semaines.

LEIB – Les deux mondes

Sélectionné par @bogoss2tess et voilà ce qu’il en dit :

LEIB est de cette génération de rappeurs qui n’a de cesse de nous surprendre chez CDR. On ne se lasse pas de ces jeunes artistes qui, nourris au boom-bap tout en étant baignés dans la pop, le cloud rap, l’électro, … osent l’hybridation et le croisement des genres et s’affranchissent des codes pour proposer une musique originale. AZUR, le second projet de LEIB, est fait de ce bois. Mêlant kickage pur, envolées lyriques sur des tracks plus cloud, le tout sur des enchaînements de prods. de haute voltige aux sonorités digitales distordues, sombres, atmosphériques, il s’agit d’une œuvre de plus à ajouter au tableau des pépites new-gen. “LES DEUX MONDES”, qui introduit le projet, en est la parfaite synthèse : LEIB ouvre son projet avec un texte très personnel, empreint d’humilité, de sincérité, délivré avec un flow tantôt percutant, tantôt aérien, au rythme de l’excellente prod. de LIL CHICK, dont la créativité semble décidément sans limite. Sur ce titre, le rappeur fait le pont entre un rap kické construit autour de la technique, et une musique plus ouverte, qui s’attache à créer une atmosphère immersive singulière. On ne s’en lasse pas ! 

Picass – Boyz’n’d’hood

Sélectionné par @bogoss2tess et voilà ce qu’il en dit :

Membre du collectif AuraNW, Picass nous a lui aussi beaucoup surpris avec son second projet, !TRAP PARTY!, présenté comme “un show guidé par un narrateur laissant défiler différents invités dans un univers trap unique”. La direction artistique s’annonçait élaborée, on n’a pas été déçu ! Le projet est une succession de titres aux atmosphères très différentes les unes des autres, qui nous embarquent dans une trap party qui va gagner en intensité jusqu’à l’apothéose et la fin de la fête. Picass excelle sur des prods hyper triturées, mais à titre personnel c’est sûr des influences plus old-school que je trouve que sa musique se révèle vraiment, à l’image de Boyz n d Hood, qu’on a choisi de vous présenter ici, dont la prod. est jazzy à souhait. De son flow hachuré, Picass enchaîne barz sur barz avant de conclure sur une note plus personnelle, questionnant sa réussite, toujours avec la même qualité narrative que celle qu’on retrouve en fil rouge sur le projet. Une pépite à découvrir sans plus tarder ! Bonne écoute !

T-Sow & Sokra – Parle Mal

Sélectionné par @valentindltr voilà ce qu’il en dit :

Vous le savez, chez CDR, on est très très client de tous les MC et tous les beatmakers gravitant autour du collectif suisse Comin Tru Records. Que ce soit les Tru Comers eux mêmes (les beatmakers au centre du projet et des productions de beaucoup des artistes gravitant autour de ce label), Buds, Ace SL, Danase, ainsi que le mythique crew La Base, qui rassemblait, en plus de Buds, notamment le fameux T-Sow.

C’est de ce dernier que je veux vous parler aujourd’hui. Après deux premiers projets solo (album et EP) plus que réussis, il nous est revenu en juin dernier avec un nouvel EP en collaboration avec Sokra,  un vieux brigand d’La Base  des origines. Les deux compères nous sont revenus avec “Black Attack” un EP dans la pur veine des productions de la petite bande. C’est clairement un projet de puriste, un projet fait pour faire sans les détails chiadé de ce rap newgen qu’on entend aujourd’hui partout, mais qui ne se prive jamais de la finesse, de la poésie et du sens du kick propre à l’art “Hip-Hop”, avec deux foutus grands H. Ça fleure bon le boombap crasseux “à l’ancienne” (expression de vieux bommer relou, mais expression consacrée), les sample jazzy et soul de connaisseurs, et les drumkits riche en basses profondes et en kick-snare acerbes.

Ici, on vous propose le morceau clipé du projet qui illustre, en termes instrumentaux, tout ce dont on vous parle ci-dessus. Le flow est typiquement dans cette technique très particulière de T-Sow : une diction parfaite avec de syllabes terminales appuyées à mort pour donner cette impression si 90’s à la sonorité de sa voix. On adore. Le thème et le clip évoquent une virée de brigante qui règlent leurs comptes à grand coup de dico dans le zen, mais tout en gardant une certaine attitude classieuse,  à la Scorsese, avec les faux MC et les petites frappes qui répandent rumeurs et autres paroles fielleuses. Du régal, presque cinématographique ! 

Bonne écoute mon.a chineur.se. 

Yecke – Ngila !

Sélectionné par @valentindlr et voilà ce qu’il en dit :

Attention, petit OVNI en approche ! 

Yecke, quand tu l’écoutes la première fois et que tu analyses la posture du jeune MC, il te reste cette impression d’être un peu face à ce camarade bédaveur de fond de classe, pas voyou pour un sous, mais très très très zen et un peu fumiste sur les bords. 

Si la forme de sa proposition artistique suit un poil cette impression, notamment avec ce flow d’une nonchalance extrême où les mots se retrouvent parfois presque murmurés et mâchés dans la diction du jeune boug, il s’avère surtout que le jeune artiste est gavé d’un talent unique ! Ce truc qui lui permet de faire groover à mort tout ce qui est touché par le bout de ses locks. A l’écoute de la proposition, on se surprend très vite à faire des petites moues de visages avec nos sourcils et nos arcades, accompagnées de petits pincements de lèvres, signe certain d’un gros plaisir en propagation dans nos petits corps. Il nous reste cette impression assez tenace d’être face à ce genre de crooner des temps modernes, qui portent en eux un charisme naturel fou et un attitude globale qui, sans le vouloir, “met bieng” tout son auditoire.

Ici, on vous propose “Ngila !” premier morceau de son album “Année Un”, affublé d’une pochette très graphique qui me parle beaucoup en me rappelant des très grands de la bande dessinée comme Carlos Trillo. A travers l’écoute de ce morceau, on retrouve une grosse partie de ce quii semble animer la bête : le son acoustique des instrumentales. Sur ce morceau, mais dans beaucoup d’autres de l’album, se déroule une balade ultra prenante et planante dans sa capacité à se mouvoir, serpenter et se développer dans une langueur jazzy et ultra groovy que seul le son d’une guitare subtilement grattée dans de légers reef, qu’un piano effleuré et qu’une batterie savamment et délicatement tambouriné, savent produire. Tu rajoutes par dessus cela toute la capacité du jeune MC à poser avec cette nonchalance développée dans le paragraphe ci-dessus, et tu obtiens un morceau digne d’être écouté partout pour se mettre dans une sorte de détente à la chaleur douce et presque sensuelle.

Bonne écoute et bonne détente mon.a chineur.se.

L’Don – Abu Nazir

Proposé par Tito, et voici ce qu’il en dit :

30 degrés en plein mois d’octobre, et ta grande tante qui passe son temps à te dire “y’a plus d’saisons” … mais si le réchauffement climatique a bien un côté positif, c’est qu’il permet de prolonger la ride.

A première vue, la ride consiste simplement à se déplacer sans but précis. D’ailleurs, même le mode de transport importe peu : voiture, vélo, skate, Nike Air, l’essentiel n’est pas là.

Entre lifestyle et philosophie de vie, pratiquée en groupe ou en solitaire, la ride c’est avant tout savoir profiter de plaisirs simples et enivrants : soleil, musique, liqueur et autres plantes herbacées. 

See Also
surprise newtone chineurs de rap

Concept porté en France par des rappeurs tels qu’Aelpeacha, Driver ou A2H ; aujourd’hui je vous parle de l’un de ses fers de lance actuel : L’Don. 

Actif depuis 2018 et en train de prendre une autre dimension ces dernières années, le rider de Seine-Saint-Denis n’a pas chômé cet été, venant étoffer une discographie déjà dense de 3 projets supplémentaires : 

– Un premier mini-EP 2 titres assez expérimental sorti fin juin, où L’Don s’aventure avec succès sur des sonorités plus électro.

 – Un projet commun avec Carson, autre rider plus que confirmé, dans une collaboration qui semble évidente. Un projet qui aura marqué notre été, et qui n’attend que d’être poussé à fond dans les enceintes de ta vago.

– Et enfin un autre mini-EP 2 titres, sorti fin août, dont est issu le titre “Abu Nazir” que je vous partage ici. Un petit bonbon rempli de douceur dont on se délecte quand le soleil est à son zénith.

Donc si la météo nous permet de prolonger le plaisir et de profiter de ces sucreries à leur plein potentiel encore quelques semaines, on ne crache pas dessus !

Atari Hanzo – Tekkon

Sélectionné par @hhjunkie voilà ce qu’il en dit :

Beaucoup trop peu d’infos sur le versatile artiste valencien : rappeur, producteur, mais aussi réalisateur. Actif depuis environ 6 ans, Atari Hanzo préfère taper sur ses pads dans l’ombre que se pavaner visage nu dans les rues de la terreta. Il a produit principalement pour des rappeurs de son coin comme Kiamya, Hoke, mais aussi Monaly. Sur ce track, Atari Hanzo a préféré sampler et boucler quelques barras de son confrère d’outre Pyrénées Sam’s. Une track qui vient une fois de plus tout l’amour qu’ont les hispanophones pour le rap de chez nous.

Toi aussi, t’es un(e) Chineur de Rap ?

Rejoins la communauté Chineurs de Rap sur Facebook ou Instagram pour du chinage quotidien. Tu seras toujours bienvenu(e) dans les DM de NewTone pour nous faire découvrir de nouveaux sons & de nouveaux et nouvelles artistes. Pour nous contacter, n’hésite pas à te renseigner sur cette page du site ! Et si tu veux continuer à chiller en découvrant du contenu de qualité, rendez-vous sur notre chaîne YouTube !

Votre réaction ?!
👀
0
🙄
0
🙏
1
🚀
9
🛴
0
Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

6 − cinq =

Téléporter en haut !